E-COMMERCE : LA LOGISTIQUE FAIT LA DIFFÉRENCE

CARREFOUR EXPERT 9 JUIN

La logistique constitue le maillon stratégique du e-commerce. Elle en est même le bras armé.

Disponibilité maximum des produits, zéro défaut dans les livraisons, coûts d’approvisionnements et de livraisons maîtrisés…La e-logistique est là pour satisfaire des cyberconsommateurs de plus en plus exigeants et volatils et permettre aux e-commerçants –pure players ou multicanal- de tenir leurs promesses vis-à-vis de leurs clients et de miser sur un service de différenciation concurrentielle.

En opérant sur le mode de l’instantanéité, le e-commerce implique que le dispositif logistique qui en découle soit réglé dans le moindre détail afin d’éviter tout risque de défaillance aussi minime soit-il.

D’où une forte réactivité dans la préparation de commandes, une rotation optimisée des stocks, une maîtrise du dernier kilomètre, le tout au juste coût pour le web marchand et au juste prix pour le cyberacheteur.

TRANSPORT : MASSIFICATION ET MUTUALISATION À L’ORDRE DU JOUR

CARREFOUR EXPERT 20 SEPTEMBRE

La réduction des stocks, la disponibilité des produits à l’instant t au point de vente ainsi que l’accroissement des références ont un impact direct sur la gestion de la supply chain et notamment sur le maillon transport en induisant de nouvelles contraintes : approvisionnements synchronisés, flux tendus, multiplication des livraisons, cross-docking accéléré…

Pour déjouer ces ruptures de charges et ces différents fractionnements dans le process logistique, des solutions de massification et de mutualisation de transport sont mises en place par les industriels, les distributeurs et les prestataires logistiques.

Comment optimiser les approvisionnements et les livraisons dans une logique d’économie d’échelle de flux physiques et financiers ?

Quelles initiatives ont été mises en place dans différents secteurs d’activités ?

Quelles sont les contraintes et les opportunités de cette logistique collaborative ?

Quel est l’impact sur l’environnement ?

SUPPLY CHAIN : LA CHASSE AUX COÛTS

CARREFOUR EXPERT 8 DÉCEMBRE

La part de la logistique dans le coût global d’un produit se situe entre 10% et 12%. Réduire les frais de ce poste débouche directement sur une baisse du coût de revient et, par voie de conséquence, sur une amélioration des marges. Pour y parvenir, les voies empruntées sont multiples.

Elles peuvent aller de la réduction de stock à l’optimisation du transport, en passant par la mutualisation des sites d’entreposage.

Lorsque les flux à traiter sont volumineux et constants, l’automatisation des opérations en entrepôt peut également être une option.

 Un ensemble des technologies (RFID, commande vocale, pick-to-light…) sont aujourd’hui disponibles et peuvent amener de la productivité dans les opérations conduites en entrepôt.

 A un niveau supérieur, la mise en place d’un tableau de bord rassemblant les principaux indicateurs de performance du métier logistique permet d’optimiser et d’harmoniser une organisation en supprimant des postes de dépenses inefficaces, voire inutiles.

 Enfin, en termes stratégiques, il convient de garder à l’esprit qu’une optimisation globale vaut toujours mieux que la somme d’optimisations ponctuelles.

 

Plus de détails sur http://www.assiseslogistique.com/